Coccinelle de saison

Ou la rencontre impromptue dans les soies des mousses d’une vielle souche...

La brume légère se lève, soulevée par les rayons du soleil qui effleurent les cimes des chênes.

JPEG - 110 ko
JPEG - 198 ko

C’est par ce clair matin d’octobre, humide et frais, qu’enfin mes pas me mènent vers le fond de la vallée, où les toiles se tissent de rosée, robes de paillettes éphémères des aigremoines aux couleurs automnales. Le fil de l’araignée, invisible à cette heure - est-elle enroulée à l’abri d’une feuille ? -, enfile les perles une à une. La prairie s’irise de milles feux d’argent, tandis que la limace achève son repas par une valse sur les fleurs d’une carotte.


Pour voir les photographies en grand, cliquez dessus - To see photography in large size, clic on it
JPEG - 68.8 ko
JPEG - 80.5 ko




Dans le sous bois, près de la source, une vieille souche se couvre de mousses au fil des ans. C’est un joli théâtre de verdure sur lequel se pencher. Il en émergent de nombreuses capsules portées par des soies rouge carmin, formant une forêt miniature. Soudain, à travers l’objectif, un mouvement suspect attire l’œil. Une Coccinelle orange (Halyzia sedecimguttata) écarte quelques tiges et se met à faire un peu de gymnastique sur les soies. Cette coccinelle fort discrète fréquente les sous-bois où elle se nourrit de champignons et spores de champignons. C’est une jolie surprise avec son corps un peu balourd rattrapé par d’élégantes marges de carapace translucides.

JPEG - 95.9 ko
JPEG - 86.7 ko
JPEG - 81.1 ko







, par gaelle